Actions de defense > Yassine, mort d'un jeune autiste victime de l Abilify

Action d'alerte sur l'Abilify Psychotrope:

Yassine, mort d'un jeune autiste victime de l Abilify

La lettre à la Ministre de la Santé

Alerte sur l'Abilify

 Le Communiqué de presse : Yassine, mort d'un jeune autiste victime de l'ABilify

La pétition pour Yassine 

 

Aujourd’hui, plus que jamais, VAINCRE L’AUTISME appelle à la mobilisation pour signer la pétition pour Yassine :

 

La tragédie du jeune Yassine

Yassine, un jeune autiste de 13 ans connu par ses proches pour sa joie de vivre a tristement  trouvé la mort le 7 mai 2015 en se défénestrant de l’appartement familial situé au 10ème étage. Son état s’est progressivement dégradé suite à la prescription de l’Abilify pour stabiliser son humeur. Ses comportements ont changé de manière drastique, comme le décrit son entourage, donnant lieu à des actes inattendus.

 

L’engrenage médicamenteux

Yassine est tout d’abord mis sous Risperdal pour apaiser ses agitations passagères. Ses parents se rendent compte que le médicament a des effets secondaires dérangeants et décident de rencontrer un spécialiste. Lors d’une consultation à la Salpêtrière, l’Abilify est ainsi préconisé par un médecin-chercheur non habilité à prescrire et prescrit par la suite par les médecins traitants. Aucune mise en garde des effets indésirables et aucune limite dans la durée du traitement n’accompagnent ces prescriptions. Par ailleurs, Yassine est resté un an sans prise en charge alternative alors qu’il était sous traitement médicamenteux. Durant cette période deux incidents graves se produisent : il se jette dans les escaliers, puis lors d’une sortie au bord d’un lac où il se rendait souvent avec sa famille, décide soudainement d’y rentrer jusqu’à la taille.

 

Mise en garde

Le site américain www.abilify.com consacre une section particulière de mise en garde dans le cas de l’utilisation d’Abilify pour le traitement des symptômes d’irritabilité associés à l’autisme :


L‘Abilify est utilisé pour traiter l’irritabilité associée aux troubles de l’autisme chez de jeunes patients qui ont entre 6 et 17 ans, comme l’une des composantes d’un plan de traitement global.


Avertissement concernant les tendances suicidaires lors de la prise d’antidépresseurs : les enfants, les adolescents ainsi que les jeunes adultes prenant des antidépresseurs pour des troubles dépressifs majeurs et d’autres troubles psychiatriques sont à plus haut risque d’éprouver des pensées et comportements suicidaires.


Il faut savoir que l’Abilify a été prescrit à Yassine bien au-delà de la durée préconisée sur toutes les notices et sans aucune information au sujet des effets indésirables de ce psychotrope utilisé sur de nombreux enfants autistes qui risquent de faire les frais de ce que l’on peut qualifier d’expérimentation médicale. Ce médicament a été conçu originellement pour le traitement de la schizophrénie et de la bipolarité chez l’adulte et les adolescents et est maintenant également utilisé chez de nombreux enfants atteints des troubles de l’autisme. Depuis le décès de Yassine, les médecins de la Salpêtrière ont créé une alerte pour ce médicament.

 

Nous ne voulons pas croire au suicide

La famille de Yassine a vraiment le sentiment que leur enfant a été un cobaye dans cette histoire et qu’ils n’ont pas été suffisamment informés de la gravité des effets secondaires de l’Abilify chez les enfants par le corps médical. De plus, on ne leur a jamais précisé que ce traitement devait être limité dans le temps, ni qu’il était prescrit initialement chez des patients atteints de troubles psychiatriques et non neurologiques et on ne leur a délivré aucune notice d’information.

 

Pour que d’autres enfants ne périssent pas

L’inquiétude de VAINCRE L’AUTISME est grandissante car le cas de Yassine n’est malheureusement pas unique. D’autres enfants autistes ont été mis sous Abilify et les témoignages que l’association a reçu de parents sont plus qu’alarmants quant aux effets indésirables observées et surtout au manque de suivi médical et d’information qui accompagnent la prescription du psychotrope Abilify.

Aussi, VAINCRE L’AUTISME tient à émettre plusieurs requêtes afin qu’une telle tragédie ne se reproduise jamais. VAINCRE L’AUTISME demande à la Ministre de la Santé de diligenter une enquête d’urgence sur le lien entre l’Abilify et la mort de Yassine et d'agir pour que d’autres enfants autistes n’en meurent pas.


 
 

 

 

 

Newsletter

Votre email :

 

M'abonner Me désabonner

Futuroschool

Face à Face

TEMOIGNAGES

Nos projets

nous contacter

VAINCRE L'AUTISME

51 rue Servan, 75011 PARIS
Tel : 01.47.00.47.83
Fax : 01.43.73.64.49
info@vaincrelautisme.org